Terre Promise – paradis perdu : Désir et avatars d’un rȇve. Le Fou d’Amérique d’Yves Berger et Frontières ou Tableaux d’Amérique de Noël Aude


Kyloušek, P.: Terre Promise – paradis perdu : Désir et avatars d’un rȇve. Le Fou d’Amérique d’Yves Berger et Frontières ou Tableaux d’Amérique de Noël Aude. In: Ostium, roč. 12, 2016, č. 3.


Promised Land – lost paradise: Desire and avatars of a dream. Le Fou d’Amérique by Yves Berger and Frontières ou Tableaux d’Amérique by Noël Audet
America haunts literary and cultural imaginations. The American dream of happiness faces repeated disappointments without questioning the desire of the recommencement, be it an individual or a collective adventure. The paper analyzes from this point of view the approaches of two authors and two novels, Yves Berger (Le Fou d’Amérique, 1983) and Noël Audet (Frontières ou Tableaux d’Amérique, 1995). The comparison aims to cross a French perspective and a Quebecer one in a brief overview of two possible terms of a civilizational dream.

Keywords: Yves Berger, Noël Audet, American dream, civilizational imaginary, happiness, limits, Apocalypse

Dès sa découverte, l’Amérique n’a cessé de hanter l’imaginaire. Le rêve du bonheur et de la plénitude s’inscrit dans les récits : aventure individuelle, aventure collective, mais aussi aventure civilisationnelle d’un recommencement possible dans un ailleurs, au-delà de l’horizon. C’est un rêve qui semble résister à toutes les déceptions : serait-ce parce qu’il comporte une composante cathartique, un désir de pureté et de purification ? Or, ce désir est aussi, et peut-être avant tout, un désir de l’absolu et qui se retourne contre sa source pour l’annihiler, car le plus souvent il finit par se nier dans la mort et la destruction. La réalité s’autodétruit dans une apocalypse sempiternelle. C’est cette passion de l’absolu que nous allons suivre, liée à une autre notion, celle de la limite. Deux textes seront comparés : Le Fou d’Amérique (1983) d’Yves Berger et Frontières ou Tableaux d’Amérique (1995) de Noël Audet.

La passion d’Yves Berger pour le continent américain imprègne aussi bien son œuvre (Le Sud, Les matins du nouveau monde, L’attrapeur d’ombres, La pierre et le saguaro) que ses activités de directeur littéraire des éditions Grasset où il s’est fait promoteur d’auteurs québécois ou amérindiens : Marie-Claire Blais, Antonine Maillet, Vine Deloria, Scott Momaday. Le Fou d’Amérique (1983) offre une vision européenne du Nouveau Monde et des rêves qu’il suscite et qui se désagrègent au contact de la réalité.

La trame du roman reprend les motifs récurrents des autres récits américains de Berger, notamment Les matins du nouveau monde (1987), qui racontent la genèse de l’amour de l’Amérique d’un écolier à la fois fasciné par les romans d’aventures et les récits de voyage et déçu par l’écroulement de la France en 1940. Il voit en Amérique la promesse de la liberté : la rencontre, à la Libération, du char américain dans les rues d’Avignon et les premières paroles échangées en anglais scellent le pacte entre le narrateur et le nouveau continent dont il parcourra les espaces immenses sur les traces des grands découvreurs dans La pierre et le saguaro (1990). Le Fou d’Amérique se présente comme une sorte de synthèse en conjuguant l’amour et l’aventure de la découverte. Le narrateur-protagoniste, trente ans, médecin de son métier, arrive à New York sous prétexte d’un congrès afin d’entamer la découverte du continent, mais aussi pour commencer une nouvelle vie. La rencontre de Luronne, professeur d’histoire amérindienne à Columbia, le met sur la bonne voie. Intelligente, amoureuse, belle, jeune et riche, Luronne est aussi un mélange judicieux de l’Europe et de l’Amérique :

[…] j’ai essuyé une vague de bonheur, je ne cessais silencieux de répéter « Luronne », « Luronne », j’abordais enfin à ces pays d’Huronie et d’Iroquoisie dont je ne cesse de traîner la nostalgie comme si je les avais connus, vécus, puis elle m’a dit qu’elle était de mère américaine, de père français et qu’elle avait passé son enfance et son adolescence entre la France et l’Amérique, Paris et New York […].[1]

Luronne – surnom emblématique qui rappelle les femmes de la nation huronne –, libre et libertine comme elles (du moins selon les témoignages des explorateurs[2]) installe le narrateur dans son appartement-bibliothèque de Riverside Drive, sur la rive de l’Hudson. Le topos liant la femme et la terre est sans doute banal. Luronne est l’Amérique :

La reprenant, j’ai raconté à Luronne combien longtemps j’ai été, sans le savoir tout à fait, en le vivant par à coups, malheureux de ne pouvoir monter, descendre le long de ses jambes, dix, quinze ans sans elle qui est la géographie, l’orographie, la géologie du monde à quoi j’aspirais et des mains et de la bouche je me suis une fois encore porté vers son amont et son aval, à courant et à contre-courant et quant aux rames de ses bras je me suis senti sûr de moi, bien accoté, j’ai poussé vers l’embouchure et défailli dans l’estuaire dont j’avais provoqué un raz qui a été long à s’apaiser […].[3]

C’est un rapport charnel, extatique, un rêve du corps ou plutôt des corps et, à travers l’éros, une noétique, c’est-à-dire l’apprentissage de l’Amérique et la découverte du continent. Luronne est historienne, experte aussi bien en histoire qu’en géologie, botanique et zoologie. Polyglotte, elle maîtrise plusieurs langues amérindiennes. L’amour est entremêlé de récits, d’études et de voyages. Mais cet apprentissage et cet enseignement sont avant tout, pour les deux, un jeu et une tricherie avec le temps et la causalité inscrite dans le temps sous forme de l’Histoire et de sa marche inéluctable. La maison de Riverside Drive est un refuge qui protège de la nécessité historique :

[…] un endroit pour vivre en arrière, pour reculer dans le temps, c’est-à-dire pour avancer dans le temps d’avant ce temps d’aujourd’hui où l’on avance si vite, et j’ai compris, moi, en regardant, fasciné, les objets, les dessins, les cartes que nous allions respirer tous les deux, Luronne et moi, des centaines d’années en arrière, formidable espace de temps, écran protecteur et j’ai dit à Luronne que la mort n’est plus à craindre à deux, trois siècles avant son temps […].[4]

La question se pose donc comment préserver le Paradis Perdu du Nouveau Continent tout en refaisant l’Histoire dans le sens de la Vie, du Bonheur et du Bien. Ce pari, analogue à celui de l’Europe et de certains colons du XVIe siècle, fondateurs de Virginies, Marylands, Villes-Marie, est impossible et perdu d’avance. Le rêve de l’absolu va se heurter, encore une fois, à la limite de la nécessité. La tentative folle de Luronne et du narrateur de redécouvrir, à travers le récit du peuplement amérindien et de la colonisation européenne, une autre Amérique, idéale, se situe dans cette tension incessante entre le rêve et la dure réalité.

Le lecteur parcourt des pages imprégnées d’envols extatiques narrant la flore et la faune du paradis américain, le peuplement amérindien et les civilisations précolombiennes. Les premières rencontres des explorateurs – Colomb, Cartier, Hudson – suscitent elles aussi l’émerveillement. Le rêve de la redécouverte de l’âge d’or perdu et du recommencement de l’histoire traverse leurs récits. La Terre Promise appelle ses miracles et ses élus :

Puis Luronne : ils étaient nombreux ceux que l’Inde [=Amérique] hantait, ils pullulaient comme les messies en Palestine. Ici un seul a réussi, Colomb, et un seul a réussi là-bas, Jésus. Avec, au moins pour Colomb, beaucoup de chance.[5]

Mais les miracles et les merveilles ne durent pas. L’image de la nature vierge, paradisiaque, est obscurcie par l’expérience de la forêt mourante sous la chaleur de l’été[6], par celle de l’immense mouroir des oiseaux migrateurs, en Louisiane, sur les rives de la rivière Atchafalaya, par celle du Colorado qui, entre le Grand Canyon et l’embouchure, est réduit en un ridicule ruisseau par la consommation inconsidérée de l’eau[7].

La nature étant frappée par l’impuissance et la mort, restent l’homme et l’histoire. Or les deux personnages pressentent la catastrophe qu’ils tentent en vain de conjurer dès le premier voyage de Christophe Colomb. Ils voudraient tant que l’histoire prenne un autre cours et, se situant en 1492, ils rêvent d’un autre avenir :

[…] (oui et si on ne fait rien, si l’Histoire va de ce mauvais pas, sur cette mauvaise lancée, si Luronne ne la détourne pas, toute l’histoire des rapports entre les peuples, les hommes, est là, dès 1492, dont on peut souffrir, mourir encore aussi bien en 1976) […].[8]

Effectivement, c’est ce qui se passe. Dès le second voyage, Colomb consent à l’esclavage, suivent des conflits entre colons et Amérindiens, entre Amérindiens, entre Européens : brutalités, génocides, déportations. L’exploration du continent est une kyrielle d’atrocités : Narvaez, Cabeza de Vaca, Coronado, de Soto. Le mal compromet jusqu’aux bonnes intentions d’un Champlain[9], d’un Cavelier de la Salle, William Penn, Roger Williams[10]. Les idéaux de la Révolution américaine[11] n’empêchent pas la dégradation. Les Amérindiens ? Le voyage à Caughnawagha révèle le caractère postiche de l’amérindianité de la réserve[12], analogue à celui de la ferme historique Hold Tight Farm de Richmond qui se veut authentique de l’époque de 1850[13].

Enfin, « l’Amérique est découverte »[14]. Une Amérique banale, réelle. Le rêve et le désir sont brisés par l’histoire, le mal et la mort. Une nouvelle vie est impossible. Le narrateur fuit Luronne le jour de Noël. Son rêve n’aura duré que six mois.

 

Chez Noël Audet, auteur québécois, la thématique du continent américain s’associe elle aussi à celle du rêve. Les occurrences du terme sont frappantes dans ses romans : L’ombre de l’épervier (1988) en comporte une quarantaine, soit une occurrence toutes les 13 pages en moyenne, La Terre promise, Remember! (1998) près d’une soixantaine en 255 pages, soit un rêve toutes les 5 pages. Moins prolixe en rêves, le roman Frontières ou Tableaux d’Amérique (1995) n’en est pas moins centré sur le thème à la fois du désir et du rêve américain, tant individuel que collectif[15].

Dès l’incipit, le roman insiste sur l’espace et l’aspect géographique en prenant l’apparence d’un récit de voyage. L’aspect temporel et l’histoire cèdent à l’espace et à l’actualité. Mais c’est aussi une découverte de l’Amérique, ou plutôt des Amériques. Le narrateur-survenant[16], touriste canadien – présence tantôt implicite, tantôt explicite et engagée dans l’action – traverse les frontières en voyageant de l’extrême nord du Canada au Brésil. À la différence du Fou d’Amérique, dominé par le souffle épique et la voix passionnée, voire pathétique, du narrateur, les Frontières ou Tableaux d’Amérique jouent sur l’opposition entre le narrateur-explorateur et le douanier qui l’arrête à chaque passage de frontière, notamment au départ, dans le prologue intitulé « Le promeneur », et au retour, dans la « Promenade finale » où le douanier fouille de nouveau les bagages du narrateur-explorateur pour lire les feuillets du futur roman. La découverte prend donc un double aspect : spatial et littéraire. En effet, la narration, rationalisée par la distance ironique, s’articule en deux strates – récit « réaliste » et commentaire du narrateur où le douanier intervient pour corriger l’imagination, offrir des variantes. L’exploration des Amériques s’inscrit ainsi dans un moule narratif : dès l’exergue, le roman est placé sous le signe des Tableaux d’une exposition de Moussorgski ; autrement dit, il est conçu comme une composition musicale – thème et variations. Le rêve du bonheur et des limites est présenté en sept « tableaux narratifs », allant du nord au sud, dont les trois premiers sont situés au Canada : « La glace » (Kuujjuaq), « La laine » (Montréal), « La terre » (campagne des environs de Saskatoon) ; deux aux États-Unis : « Le feu » (New York), « L’eau » (New Orleans, French Market) ; un au Mexique :

« L’air » (banlieue de la capitale) ; un au Brésil : « Le sang » (Rio de Janeiro). La lecture linéaire devrait en réalité déboucher sur une perception simultanée, comme dans une partition musicale. Car les récits, en se succédant, se superposent et renvoient l’un à l’autre. Tous ont pour héroïne une Marie (Mary Two-Tals, Marie Agnelle, Mary Smith, Mary, Mary Ann Jones, María Moreno, Maria Cristobal), accompagnée souvent par les variantes des homologues masculins (tels Édouard, Eddy Smith, Ed, Duardo, Eduardo, Jean, José, etc.). S’y ajoutent les motifs récurrents : désir, vertige, gouffre, oppositions nature/culture, homme/animal, vie/mort, etc.

Si l’attention est concentrée le plus souvent sur les personnages féminins – jeunes filles et femmes, victimes autant que manipulatrices de leur entourage masculin ou familial – l’ensemble des récits offre une réflexion générale sur la condition humaine. Le rêve américain est présenté comme le droit à une existence ouverte sur le bonheur et comme une possibilité ou impossibilité de refaire le monde. Or, les sept récits aboutissent à des échecs tragiques, car le rêve se heurte à l’expérience limite. Comme chez Yves Berger, l’Amérique est un continent où le bonheur est une promesse jamais tenue. Mais pour Audet c’est aussi une promesse sans cesse renouvelée, pérenne.

Un des récits centraux – « Le feu » – nous intéresse particulièrement, car le désir et le rêve illimités, en amour, en création, en connaissance, sont portés au paroxysme qui les brise. C’est à New York que l’absence (et le défaut) d’une nécessité imposée par la nature oriente la civilisation vers le dépassement des limites, vers l’abolition des frontières. Il s’agit du feu prométhéen, représenté par la statue du Rockefeller Center. La statue porte la citation d’Eschyle « Prometheus teacher in every art brought the fire that hath proved to mortals a means to mighty ends »[17]. Si l’élément dominant du récit suivant, « L’eau », situé à New Orleans, à French Market, symbolise l’abolition des limites par la fusion (la culture de masse), le feu abolit les frontières par la pénétration, par l’appropriation de l’autre par soi-même. L’amour absolu de Mary et Ed brise les barrières :

Il voudrait réduire le monde en miettes si le monde faisait obstacle à son désir, et elle préférerait croire que le monde n’existe pas s’il tentait de s’imposer entre eux.[18]

Mais il y a plus. La réification de l’humain due à l’osmose entre l’humain et la technique sophistiquée donne à l’homme des capacités robotiques, une puissance qui le met à la place de Dieu en même temps qu’elle le pousse toujours de l’avant et le contraint à foncer dans le temps, à devancer l’avenir, à éliminer le hasard, afin de maîtriser la nécessité :

Au moment où il rencontra Mary, il n’avait toutefois pas encore pris conscience du fait qu’il était pressé, pressé d’arriver, pressé d’en finir, pour passer à autre chose, à n’importe quoi pourvu que ce n’importe quoi fût autre et toujours étonnant. Du haut de son gratte-ciel les rues de la ville lui apparaissaient comme des circuits électroniques d’une quelconque plaque d’ordinateur. Il rêvait de mettre au pas les petites voitures qui y circulaient en désordre parce qu’il y avait trop de « bugs » à son goût, le facteur humain, songeait-il, si on pouvait s’en débarrasser une fois pour toutes ! pour que les choses deviennent prévisibles, donc rentables.[19]

Devant l’omnipotence de l’homme, la réalité plie. Ed est un informaticien de génie. Pour sa société – la Virtual Reality Engineering – il programme un robot capable d’imiter les mouvements du corps humain. Pris de vertige devant la beauté de Mary, il l’utilise pour l’enregistrer et la transformer ainsi en virtualité – le modèle Mary V :

Il la voyait [Mary, qui est photographe] s’acharnant dans l’arrière-boutique de quelque vieux photographe, penchée sur des clichés morts, tandis que lui pouvait non seulement reproduire des objets, non seulement était-il capable de les animer comme au cinéma, mais encore il était en mesure de leur faire faire n’importe quoi qui n’avait pas été prévu : un casque, un gant, une tunique, et voilà que le magicien entrait en scène, la réalité obéissait enfin à ses moindres caprices, la réalité se mettait au service du rêve.[20]

Mais c’est le rêve qui a raison d’Ed en le poussant à refaire la Création, à sa façon :

[…] il découvrait que son désir d’elle, ou plutôt sa beauté, était sans limite, au point qu’il rêvait à quelques retouches dans le but de la transformer en une œuvre parfaite, presque, sauf la trace de la main humaine.[21]

Œuvre parfaite, Mary V le devient à partir du moment où Ed réussit à programmer les défauts humains de son modèle : « Il jubilait. Même si ce n’était qu’une copie de l’amour, il retomba doublement amoureux. »[22] La réalité et la virtualité se confondent devant une Mary étonnée de voir son double. Seulement, la réalité rattrape Ed : la Virtual Reality Engineering s’empare du modèle pour commercialiser le produit. La création échappe à son créateur. Dépossédé, Ed se laisse attirer par le monde de Mary. Elle aussi cherche à dépasser les frontières : par l’art – la photographie, et par l’artificiel – la drogue. Si le but d’Ed est de nature ontologique, car visant à devancer le temps par la création, celui de Mary, au contraire, est centré sur la noétique et consiste à fixer la réalité, à arrêter le devenir, à abolir le temps. Ses photos plongent dans le réel pour briser les frontières entre le sujet et l’objet, entre le regard et la matière observée, entre le moi et le monde. Une fusion parfaite que le crack lui permet de réaliser. La résistance d’Ed s’effondre. La lucidité qu’il garde jusqu’au moment de son suicide résume son drame et celui de Mary :

Mais c’est un Paradis artificiel ! s’exclamait Mary dans son rêve [celui d’Ed], pour se moquer de lui et de ses entreprises. « Tu dis artificiel ? Quelle est la différence » Tous les Paradis sont des artifices, ou des mythes, mais tu en crèves, Eddy ![23]

Ed grimpe jusqu’à la torche de la statue de Prométhée du Rockefeller Center avant de s’écraser au sol. Mary l’y rejoint : « Le soir même elle s’installa confortablement dans l’anneau d’or [de la statue], au pied du dieu, et elle s’enflamma à son tour. »[24]

Le récit se termine par un épilogue où le narrateur imagine une autre fin de l’histoire. Ed et Mary prennent conscience de la nécessité des limites, échappent au suicide : cette seconde version montre l’envers d’une civilisation qui, consciente des dangers, s’impose un autocontrôle. Le résultat : une société puritaine, conventionnelle, surveillant sa rectitude politique, mais aussi tiraillée par le désir et par le rêve, toujours promis, jamais accomplis.

 

Les deux romans analysés proposent deux variations des mythèmes attachés à la découverte de l’Amérique, notamment celui du Paradis Perdu retrouvé et celui de la Création, lié à la découverte et à l’exploration. Le rêve de la plénitude et de l’intégralité qui les traverse s’y dresse contre un des scandales que l’homme ressent face à ses propres limites. Limites du corps, limites de ses capacités, impuissance devant le mal, devant la mort, devant le temps, devant la nécessité. De ce point de vue, les deux romans peuvent être considérés comme complémentaires. Le Fou d’Amérique se tourne principalement vers le passé. C’est une tentative vaine de le transcrire, de donner une seconde chance à l’humanité de recommencer son histoire autrement. La réalité du présent est la limite ultime qui brise les illusions.

Le roman Frontières ou Tableaux d’Amériques est prospectif. Utopique ou dystopique, il s’ouvre à l’avenir et en ce sens il reste, par un tour de magie littéraire, inséparable du rêve américain, toujours à recommencer. Sauf que l’espace et le « go, West, my son » sont remplacés par la perspective temporelle. La conclusion du roman rassemble les héroïnes – toutes des Marie – en un conciliabule panaméricain. Les déçues du rêve américain y refont le Nouveau Monde à leur image en réclamant chacune un droit fondamental : « le droit dexister », « le droit daimer », « le droit dêtre heureux », « le droit de manger à sa faim »[25]. Un rêve bien américain et postmoderne dans son axiologie marquée par la juxtaposition des valeurs et où le soi-même veut être éprouvé et expérimenté par l’autre : « […] elles examinent toutes les possibilités, elles imaginent même de changer de rôles pour voir ce que ça donnerait […] »[26].

B i b l i o g r a p h i e
AUDET, N. : L’Ombre de l’épervier. Montréal : Québec/Amérique 1987.
AUDET, N. : Frontières ou Tableaux d’Amérique. Montréal : Québec/Amérique 1995.
AUDET, N. : La terre promise, Remember! Montréal : Québec/Amérique 1998.
AUDET, N : Écrire de la fiction au Québec. Montréal : XYZ 2005.
ALLARD, J. : « Pour relire Noël Audet ». In Voix et images 82, 1, 2002, pp. 45-59.
BERGER, Y. : Le Fou d’Amérique. Paris : Grasset, Livre de poche 1993 [1976].
BERGER, Y. : Les Matins du Nouveau Monde. Paris : Grasset 1987.
BERGER, Y. : La pierre et le saguaro. Paris : Grasset 1990.
SAGARD, G. : Le grand voyage du pays des Hurons [1632]. Disponible en ligne : http://www.gutenberg.ca/ebooks/sagard-hurons/sagard-hurons-00-h-dir/sagard-hurons-00-h.html [consulté le 15 juin 2015].
SASU, V.-M. : Lectures québécoises. Cluj-Napoca : Editura LIMES 2005.
VOLDŘICHOVÁ BERÁNKOVÁ E. : « Les Canadiens-Français et les États-Uniens ». In KYLOUŠEK P. – KOLINSKÁ K. – PRAJZNEROVÁ K. – POSPÍŠIL T. – VOLDŘICHOVÁ BERÁNKOVÁ E. – P. HORÁK : Us, Them, Me. The Search for Identity in Canadian Literature and Film. Nous, eux, moi. La quête de l’identité dans la littérature et le film canadiens. Brno : Masarykova univerzita 2009, pp. 95-112.
Vurm, P. : « Sur quelques notions de l’américanité : étude de l’influence américaine sur le roman québécois contemporain ». In Yankova, Diana (éd.) : Managing Diversity and Social Cohesion: The Canadian Experience – Diversité culturelle et cohésion sociale : l’expérience canadienne. Brno : Masarykova Univerzita 2010, pp. 437-444.

N o t e s
[1]  Berger, Y. : Le Fou d’Amérique. Paris : Grasset, Livre de poche 1993, pp. 35-36.
[2]  Voir p. ex. Gabriel Sagard : Le grand voyage du pays des Hurons (1632), chapitre XI « De leur mariage et leur concubinage », chapitre XII « De la naissance, amour et nourriture que les sauvages ont envers leurs enfants ». Disponible en ligne : http://www.gutenberg.ca/ebooks/sagard-hurons/sagard-hurons-00-h-dir/sagard-hurons-00-h.html.
[3]  BERGER, Y. : Le Fou d’Amérique, op. cit., pp. 38-39.
[4]  Ibid., p. 41.
[5]  Ibid., p. 167.
[6]  Ibid., pp. 57 sqq.
[7]  Ibid., pp. 235 sqq.
[8]  Ibid., p. 183.
[9]  Ibid., p. 256.
[10]  Ibid., p. 271.
[11]  Ibid., pp. 316 sqq.
[12]  Ibid., pp. 293 sqq.
[13]  Ibid., pp. 296 sqq.
[14]  Ibid., p. 343, p. 347.
[15]  Notons que pour Noël Audet, le rêve et le désir font partie intégrante de l’écriture romanesque : « L’art se trouve précisément à la jonction du corps et du rêve, tantôt pour donner sens au corps, tantôt pour donner forme au rêve, mais le plus souvent, du moins ainsi devrait-il en être, pour faire rêver le corps. » (Audet, N. : Écrire de la fiction au Québec. Montréal : XYZ 2005, p. 97). Or, le rêve relève « de l’ordre du désir » qui entre en composition avec « l’ordre de la fiction » (Ibid., p. 48), autrement dit la thématique formalisée.
[16]  Le terme de survenant a été employé par Jacques Allard à propos du narrateur de L’Ombre de l’épervier. Nous reprenons le terme qui exprime exactement le positionnement narratologique dédoublé du narrateur qui a à la fois une assise dans le récit, en tant que personnage, et dans la narration : c’est un narrateur qui se présente lui-même comme un personnage « survenant » dans le récit où il communique avec les autres personnages tout en assurant la narration. Il s’agit d’un type de narrateur auctoriel, spécifiquement audettien. Dans le cas de L’Ombre de l’épervier, s’y ajoute une connotation littéraire supplémentaire – évocation du roman du terroir et de la tradition rurale de jadis qui réservait un banc et une place à table aux mendiants (les quêteux) et aux travailleurs saisonniers qui apportaient des nouvelles, racontaient des histoires. Cf. Allard, J. : « Pour relire Noël Audet ». In Voix et images 82, 1, 2002, pp. 51, 53. Voichiţa-Maria Sasu analyse ce type d’« auteur-narrateur-personnage » audettien dans son étude synthétique « Itinéraire gaspésien / itinéraire créateur : Noël Audet ». SASU, V.-M. : Lectures québécoises. Cluj-Napoca : Editura LIMES 2005, pp. 137-155.
[17]  AUDET, N. : Frontières ou Tableaux d’Amérique. Montréal : Québec/Amérique 1995, p. 110.
[18]  Ibid., p. 101.
[19]  Ibid., p. 98.
[20]  Ibid., p. 99.
[21]  Ibid., p. 104.
[22]  Ibid., p. 105.
[23]  Ibid., pp. 111-112.
[24]  Ibid., p. 112.
[25]  Ibid., p. 203.
[26]  Ibid. La situation narrative du roman constitue le point de départ de l’analyse du thème de l’« idée de bonheur » et celui du « droit d’exister » dans « Noël Audet : variations sur le thème du droit d’exister ». In SASU, V.-M. : Lectures québécoises, op. cit., pp. 129-136.

Petr Kyloušek
Université Masaryk
Faculté des Lettres
Arna Nováka 1
602 00 Brno
kylousek@phil.muni.cz


Pridaj komentár

Vaša e-mailová adresa nebude zverejnená. Vyžadované polia sú označené *

Môžete použiť tieto HTML značky a atribúty: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>